Le Jiu-jitsu, probablement l’un des plus ancien art martial, prend ses origines en Inde où il fut inventé par des moines bouddhistes. Ces moines développèrent des mouvements basés sur l’équilibre et l’effet de levier, de telle sorte qu’ils puissent éviter le recours à la force et aux armes. Le Jiu jitsu se diffusa ensuite à travers la Chine puis au Japon où il devint très populaire. Il y fut adopté par les Samurais, la garde impériale japonaise, qui le considéraient comme la forme la plus développée de self-defense, et fondèrent au travers de sa pratique le code d’honneur connu sous le nom de bushido, « la voie du guerrier ». Centré autour de valeurs telles que la loyauté, la justice, la politesse, la pureté, la modestie, l’honneur, la confiance en soi et le respect, les Japonais baptisèrent ces techniques harmonieuses « Jiu jitsu » qui signifie « le noble art ». Avec la fin du système féodal au Japon, le Jiu jitsu se scinda en différentes disciplines telles que l’Aikido, le Karate, ou le Judo.

En 1914, le champion japonais de Jiu jitsu Esai Maeda immigra au Brésil où il était mandaté pour veiller à la bonne installation d’une communauté de migrants japonais. Il fut aidé dans cette mission par Gastão Gracie, un universitaire et politicien brésilien d’ascendance écossaise. Reconnaissant vis-à-vis de l’aide de Gracie, Maeda enseigna au fils ainé de celui-ci, Carlos, les secrets de son art ancestral. Carlos enseigna à son tour à ses quatre frères les techniques de Maeda, et en 1925, ils ouvrirent la première école de Jiu jitsu du Brésil. Pour les frères Gracie, enseigner cet art était bien plus qu’une occupation, c’était une passion.

L’un des frères, Hélio Gracie, porta un intérêt particulier sur l’utilisation des techniques. Hélio, petit gabarit, ne pesant que 60 kilos, et de santé fragile, débuta le Jiu jitsu à 16 ans. Incapable de prendre part au cours, il s’asseyait et regardait son grand frère enseigner. Un jour, alors que Carlos ne pouvait assurer un cours, Hélio fut sollicité pour enseigner. Il se débrouilla remarquablement bien, et en raison de sa constitution, il commença à adapter les bases du Jiu jitsu. Il instroduisit l’usage de leviers, rendant possible pour un petit opposant la victoire face à un plus grand. Il commença à expérimenter, modifiant et améliorant les techniques de base, les rendant effectives quelle que soit la stature. S’en suivit le développement d’un nouvel et plus efficace art martial, le Gracie Jiu-jitsu. Dès lors, cet art se trouva en constante évolution, cherchant sans cesse l’efficience,  et s’affranchissant des règles ancestrales figées.

Aujourd’hui, le Jiu-jitsu est internationalement reconnu et connaît une popularité croissante. La possibilité de vaincre un opposant sans violence renforce les pratiquants physiquement et mentalement, sur et en dehors du tatami.

Le jiu-jitsu brésilien est un art martial brésilien dérivé du jiu-jitsu japonais traditionnel ( judo ) qui se pratique principalement au sol. Communément surnommé «  le jeu d’échecs humain  ». C’est un art martial moderne qui puise sa quintessence dans la technique, le timing et l’effet de levier plutôt que dans la force brute, permettant ainsi de dominer des adversaires au gabarit plus imposant. Pour illustrer ses cours «  enfants  », Quentin professeur de jiu-jitsu, diplômé fédéral de lutte et disciplines associées, utilise les figures de l’ours et du guépard (  la force vs l’agilité  ) pour l’expliquer aux enfants.

Voici donc 5 bonnes raisons de débuter :
– le jiu-jitsu permet de se maintenir en forme, d’augmenter sa force, sa souplesse, son endurance et sa coordination ; – cet art permet d’acquérir des techniques puissantes et efficaces pour se défendre en cas de besoin ;
– il augmente la confiance en soi et en ses capacités, il permet de lutter contre le bullying ou harcèlement à l’école ;
– il permet de se faire des amis ! C’est un art martial qui véhicule les valeurs du respect, du partage et de l’esprit de communauté ;
– il permet d’avoir une meilleure hygiène de vie : travailler dur et avec régularité, savoir reposer son corps, apprendre à respecter les autres, devenir plus patient, prendre le temps de réfléchir avant d’agir.

JOURS ET HORAIRES :

Enfants / jeunes
Mardi et jeudi de 17 h 45 à 19 h 00 au Gymnase des Chartrons.

L’éducateur peut récupérer les enfants à l’accueil périscolaire de l’école Stendhal et Balguerie pour les accompagner directement à la séance au Gymnase des Chartrons.

Adultes
Mardi et jeudi de 21 h à 22  h  30 au Gymnase des Chartrons.

Les dernières actualités de la section Jujitsu Brésilien de l’US Chartrons :